TABLE DES MATIERES TITRE PREMIER. LA NATURE DE L’EMBRYON HUMAIN.
CHAPITRE PREMIER. LES DONNEES BIOLOGIQUES.
Section première. Enoncé brut de ces données.
- Sous-section première. Caractérisation de l’espèce par les chromosomes.
- Sous-section deuxième. Méiose et fécondation.
- Sous-section troisième. La période pré-implantatoire.
- Sous-section quatrième. Le début de la gestation.
Section deuxième. Déductions logiques.
- Sous-section première. Spécificité radicale du zygote ;
- Sous-section deuxième. La preuve par la Fivete.
- Sous-section troisième. La naissance en tant qu’événement intermédiaire.
Section troisième. Réfutation des théories négatrices de l'appartenance à lespéce.
Section quatrième. Examen critique des théories négatrices de l'individualité.
- Sous-section première. Négation d’une individualité antérieure à la possession d’un génome personnel.
- Sous-section deuxième. Négation d’une individualité antérieure à l’indivisibilité vitale.

CHAPITRE DEUXIEME. LES DONNEES JURIDIQUES.
Section première. Le statut protecteur de l'être humain.
- Sous-section première. Les textes protecteurs de l’être humain.
- Sous-section deuxième. Premier commentaire de ces textes.
Section deuxième. La désignation légale comme enfants des êtres humains non encore nés.
- Sous-section première. Les textes concernant l’interruption volontaire de la grossesse.
- Sous-section deuxième. La convention relative aux droits de l’enfant.
- Sous-section troisième. Le code pénal.
- Sous-section quatrième. Les textes relatifs à l’assistance médicale à la procréation.
Section troisième. La fausse querelle à propos de la personnalité.
- Sous-section première. Portée véritable de l’article 16 du code civil.
- Sous-section deuxième. Complexité juridique du concept de personnalité.
- Sous-section troisième. Preuves positives de la personnalité de l’être humain non encore né.

TITRE DEUXIEME. LA LEGALISATION DE L’AVORTEMENT.
CHAPITRE PREMIER.GENERALITES SUR L'HOMICIDE PAR NECESSITE.
Section première. Préambule.
Section deuxième. L’homicide par nécessité en droit européen.
Section troisième. Les dépénalisations de 1'homicide en droit pénal général français.
- Sous-section première. Formulation liminaire de l’exonération.
- Sous-section deuxième. L’exonération pour cause d’obéissance civique.
- Sous-section troisième. L’exonération en cas de légitime défense d’une personne ou d’un bien.
- Sous-section quatrième. L’exonération pour cause de sauvegarde contre un danger menaçant.
Section quatrième. Analyse succincte de ces textes.
- Sous-section première. Le principe de légitimité.
- Sous-section deuxième. Le principe de proportionnalité.

CHAPITRE DEUXIEME. APPLICATION DE CES PRINCIPES EN L’OCCURRENCE..
Section première. Classement dans la catégorie de l’homicide par sauvegarde.
- Sous-section première. Préambule.
- Sous-section deuxième. Les deux situations évidentes de danger allégué.
- Sous-section troisième. La situation ambiguë de l’avortement euthanasique.
Section deuxième. Données premières d’une critique juridique.
Section troisième. Cas particulier de l’avortement dit thérapeutique.
- Sous-section première. Prédominance des arguments moraux.
- Sous-section deuxième. Les précautions légales.
Section quatrième. L'allégation de la détresse comme nécessité justificative.

CHAPITRE TROISIEME. L’AVORTEMENT POUR CAUSE DE DETRESSE.
Section première. La démarche préliminaire auprès du médecin.
- Sous-section première. Définition courante de la détresse.
- Sous-section deuxième. Le rôle dissuasif imparti au médecin.
Section deuxième. La consultation sociale.
- Sous-section première. Le texte applicable.
- Sous-section deuxième. Remarques critiques.
Section troisième. La prise de décision et l’intervention abortive.
- Sous-section première. Textes concernant en général cette phase finale.
- Sous-section deuxième. Restrictions résultant de la minorité et de l’extranéité de la femme.
- Sous-section troisième. Caractère discrétionnaire de la décision féminine.

CHAPITRE QUATRIEME. LA REPRESSION DES ABUS.
Section première. Principe du contrôle judiciaire de légitimité.
- Sous-section première. Les actes salvateurs dépourvus de formalisme.
- Sous-section deuxième. Les actes salvateurs soumis à formalisme.
Section deuxième. Impunité de l’auto-avortement.
Section troisième. La répression du prêche abortionniste.
- Sous-section première. Les textes répressifs.
- Sous-section deuxième. Inapplication de ces textes.
- Sous-section troisième. Raison de l’inapplication des textes répressifs.
Section quatrième. Les textes répressifs des délits d’avortement illégal.
- Sous-section première. Les textes du code pénal définissant les délits et instaurant des peines principales.
- Sous-section deuxième. Les textes du code pénal prévoyant des peines complémentaires.
- Sous-section troisième. Le texte, hors code pénal, instaurant une interdiction professionnelle complémentaire.
Section cinquième. Examen critique des dispositions répressives de l’avortement illégal.
- Sous-section première. Contrariété des textes concernant les mineures célibataires.
- Sous-section deuxième. Impunité des personnes morales.
- Sous-section troisième. Définition restrictive des poursuivants privés.
Section sixième. La répression des infractions tenues pour moins graves.
- Sous-section première. Généralités.
- Sous-section deuxième. Les peines contraventionnelles.
- Sous-section troisième. Le retrait d’autorisation administrative.

TITRE TROISIEME. LA SAUVEGARDE DE L'ENFANT A NAITRE.
CHAPITRE PREMIER. ASPECTS ET CONSEQUENCES D’UNE PERMISSIVITE ORGANISEE.
Section première. Affaiblissement de la clause de conscience.
- Sous-section première. Rappel de la clause de conscience.
- Sous-section deuxième. Elévation de l’avortement légalisé au rang de service public.
- Sous-section troisième. Les tentatives de pénaliser l’exercice de la clause de conscience.
Section deuxième. Inexistence d’un contrôle judiciaire de légitimité.
Section troisième. Prescience par le législateur des dangers de son œuvre.
- Sous-section première. Les déclarations de principe.
- Sous-section deuxième. La réalité du contrôle démographique.
Section quatrième. Conséquences démographiques de la permissivité.
- Sous-section première. La régulation massive des naissances.
- Sous-section deuxième. Effets à long terme de la dénatalité.

CHAPITRE DEUXIEME. LE DELIT D’ENTRAVE A L’AVORTEMENT LEGALISE.
Section première. Motifs véritables des actions contestataires.
- Sous-section première. Contestation de la loi elle-même.
- Sous-section deuxième. Inexistence des préoccupations démographiques.
- Sous-section troisième. Horreur émotionnelle d’une mise à mort programmée.
Section deuxième. Situation juridique antérieure au 27 janvier 1993.
- Sous-section première. Difficulté d’utiliser le concept de violation de domicile.
- Sous-section deuxième. Difficulté d’utiliser le concept de rébellion.
Section troisième. Le nouveau délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse.
- Sous-section première. Préambule.
- Sous-section deuxième. L’article L162-15 du code de la santé publique.
- Sous-section troisième. L’article L162-15-1 du code de la santé publique.
Section quatrième. Examen critique de ces textes.
- Sous-section première. Rappel des éléments constitutifs du délit.
- Sous-section deuxième. Nécessité de ce qu’il y ait eu ou pu avoir empêchement.
- Sous-section troisième. La notion concrète de perturbation.
- Sous-section quatrième. La notion juridique de menace.
- Sous-section cinquième. Excessive sévérité de la peine.
- Sous-section sixième. Discrimination abusive entre possibles parties civiles.
Section cinquième. Les moyens de défense invoqués par les entraveurs.
- Sous-section première. Choix, par les entraveurs poursuivis, de certains arguments plutôt que d’autres.
- Sous-section deuxième. Les moyens de défense médiocres.
- Sous-section troisième. Examen d’un moyen de défense plus solide.
Section sixième. Etat actuel de la répression.